dimanche 29 janvier 2017

Liste des vins Mono-cépages à Bordeaux

Liste des Mono-cépages bordelais

Les mono-cépages bordelais recouvrent plusieurs visages : des vins marquetés pour des consommateurs novices ; des vins issus de propriétés dont l’encépagement est composé d’un unique cépage ; des vins imaginés par des viticulteurs souhaitant expérimenter de nouvelles voies de production.

Total des vins en cépage unique à Bordeaux : 139

Les Productions 100% Merlot  - Total 102 références

Pétrus, l'une des propriétés de Pomerol dont l'encépagement est constitué de vignes 100% merlot



Saint Emilion (23)

. Château Abelyce - Saint-Emilion Grand Cru - Famille Aubert
. Château Bel Air La Gravière – Saint-Emilion Grand Cru – Famille Dubois- 1 ha
. Château Cartier - Saint-Emilion Grand Cru –2013- produit Château Fonroque
. Château  de la  Grâce Fonzade – ‘Cuvée Persevero’ - Saint Emilion Grand Cru
. Château La Gomerie – 2,5 ha
. Château La Croix du Merle- Saint Emilion Grand Cru, Cuvée Wine4 Mélomanes
. Château La Voûte – Saint-Emilion Grand Cru – Gaëtan Moreau - 1,4 ha
. Château Le Prieuré ‘Délice du Prieuré’ - Saint-Emilion Grand Cru – Paul Goldsmith - 6,5 ha - biodynamie.
. Château Mango – ‘Cuvée Quintessence’ - Saint-Emilion Grand Cru – 1,5 ha
. Château Moulin du Cadet  - Saint Emilion Grand Cru- Famille Lefevre - 5 ha de merlot
. Château Peby-Faugères, Saint-Emilion Grand Cru – 7,5 ha.
. Château Saintayme – Saint Emilion Grand Cru – Denis Durantou
. Château Saint Domingue – Saint Emilion Grand Cru
. Clos des Romains – Merlots 2009 - Saint-Emilion Grand Cru - Bouquey & Fils - 1.40ha
. Thunevin – ‘Merlot by Thunevin’ – Appellation Bordeaux


Union des Producteurs de Saint Emilion :
. Château Haut Bruly – Saint Emilion Grand Cru – 2,3 ha
. Château Queyron Patarabet – Saint Emilion – 10,8 ha

Vignobles Dubech :
. Château Riou de Thaillas – Saint Emilion Grand Cru - 2,5 ha - biodynamie
. Orus de Riou de Thaillas – Saint Emilion Grand Cru - 2,5 ha
. Franc de Thaillas – Saint Emilion Grand Cru - 2,5 ha - biodynamie

Vignobles Denis Barraud :
. ‘Lynsolence’ – Saint Emilion Grand Cru – 2,5 ha
. ‘Haut Renaissance’ - 2 ha
. Château  Les Gravières - Saint-Emilion Grand Cru – 4,5 ha

Montagne-Saint-Emilion  (4)
. Château Puy Rigaud – Famille Desplat
. Domaine Maison Blanche ‘cuvée Louis Rapin’ – Nicolas Despagne - 2,80 ha Biodynamie
. Château Vieux Bertin - 1,6 ha
. Château l’Art de Maison Neuve – Michel Coudroy

Puisseguin-Saint Emilion (2)
. Clos du Pavillon  - Gonzague Maurice – 2,5  ha
. Château Les Laurets – Compagnie Viticole Baron Edmond de Rothschild

Lussac Saint Emilion  (3)
. Château Lyonnat - Cuvée Emotion - Maison Mihlade – 10 ha
. Château La Grande Clotte – Domaines Rolland – 7 ha
. Château Croix de l’Espérance - Bernard Magrez - 1,5 ha

Pétrus 2011
Pomerol (7)
. Pétrus 100% merlot depuis 2011 – 11,4 ha
. Clos des Litanies – Janoueix  - 0,8 ha
. La Fleur de Gay – Famille Lebreton – 2 ha
. Château Bel Air – Cuvée Jean Gabriel – Jean-Noël Roi - 21 ha
. Château Beau Soleil – Thierry Rustmann - 3,5 ha
. Château Le Pin – Jacques Thienpont – 2,7 ha
. Clos Vieux Taillefer – Alexandra et Nicolas Robin – 2,3 ha


Lalande-de-Pomerol  (9)
. Le Plus de La Fleur de Boüard – Famille Hubert de Boüard – 25 ha
. Château Roc de Boissac – Château La Croix- 2012
. Château Moulin la Gravière – Vignobles Péré-Vergé - 4,5 ha
. Château Adeline - Patrick Esben – 1.3ha
. Château des Arnauds ‘Cuvée prestige’ - 0,80 ha
. Château Yveline – vin élaboré par le château  Beau-Séjour Bécot (Saint Emilion)
. Château Haut Goujon - Cuvée Liberté – Le Séducteur – Mickaël Garde
. Château Haut Goujon - Cuvée Merlot - L’unique - Mickaël Garde
. Château Sergant - Maison Mihlade

Fronsac (6)
. Château Mayne Vieil – cuvée Aliénor 32 ha
. Château du Fort Pontus – 6 ha
. Château Hautchat La Rose – Vignoble Saby – 3,5 ha
. Château Renard  - Xavier Chassagnoux – 7 ha
. Château Toumalin – Canon-Fronsac
. Clos des Moines Menodin – Union de Producteurs de Lugon

Côtes de Castillon (3)
. Tertre de Belvès  – 4 ha
. Domaine Chainchon - Natural Circus – Vignobles Patrick Erésué – 10 ha - Bio
. Château De La Brande – Le Censuré de la Brande

Côtes de Francs (1)
. Château Marsau – Jean-Marie Chadronnier – 13 ha

Graves de Vayres (1)
. Le Petit Fage de Patrick Esben – 1.3ha

Côte de bourg (6)
. Bernard Magrez - Egrégore Cuvée d’exception
. Château de Cagnac, ‘Cuvée  Délice’ – Mr & Mme Martin  -  Bio AB - 1.8 ha
. Château Fantasme, Alain et Laurent Lacroix
. Cuvée Vestigium 2008 - Cave coopérative du Bourgeais
. Château Roc du Breuil - Corinne Baudouin
. Clos du Mounat – Christian Gougourio - 3,5 ha de merlot

Blaye (10)
. Château Grand Secret
. Château Chamaille – Famille Glemet
. Château Maison Neuve Fifty Shades of Merlot –  40 ha
. Château Les Pâques - Famille Martin
. Château Les Erits 2014, Boule & Fils
. M des Matards - Château des Matards - Terrigeol
. Prélude N°12 de Grand Moulin Rouge - J-F Réaud
. Vignerons de Tutiac « Lieu Dit Le Pin Rouge »
. Vignerons de Tutiac « Sélection Excellence rouge »
. Vignerons de Tutiac « Sélection rouge »

Bordeaux ou Bx sup (24)
. Christian Moueix –Merlot
. Château Ad Francos – Viviane and André Vossen 
. Château Auguste - Vignobles Meijer
. Château Ballan-Larquette – Vignobles Chaigne & Fils
. Château Cheval Noir Bordeaux Rouge -  6ha à Saint Emilion – maison Mähler-Besse
. Château Croix-Mouton - Le 20.000 de Janoueix – Jean-Philippe Janoueix - 1.4 ha
. Château Elixir de Gravaillac - Guironnet Frères – 11 ha
. Château de Castelneau – Réserve Merlot 100%
. Château des Léotins - Vignobles Lumeau – Bordeaux rouge
. Château des Léotins - Vignobles Lumeau – Cuvée Fût de Chêne
. Château des Léotins - Vignobles Lumeau – Cuvée Capucine
. Château La Guillaumette Vignobles Artigue - 3.8 ha – Bio AB
. Château l’Esprit Couvent – ‘100 pur cent’ – 2100 bouteilles 
. Château Martet « Réserve de la Famille »
. Château Penin - Grande  sélection – Patrick Carteyron
. Château Perrot Cuvée vieilles vignes - 10 ha
. Château Sainte Barbe – Faille de Gaye depuis 2013
. Château Tire Pé - Vignoble Hélène et David Barrault - Culture biologique & Ecocert
. Château Tour d’Auron – vinifié par H. de Bouard – 17 ha
. Le 100 souffre « L’Ancêtre Bio » - Maison Jean de Maubastit
. Merlot de Lyne – Vignobles Denis Barraud - 10 ha
. Secret du Caveau  - Domaine Laurent Mabileau - 1.80 ha
. Ronan By Clinet  de Château Clinet -Pomerol
. Vignerons de Tutiac – ‘Le Lieu dit Coudrat’

AOP Haut Médoc (1)
Château L’Abbaye Cru produit par le Château  Reysson -  12 ha

AOP Margaux (1)
Château Moutte Blanc – Patrice de Bortoli - 0,75 ha

AOP Graves (1)
Château Martet  « Réserve de la famille » - 18 ha

Les Productions 100% Petit-Verdot  - Total 15

. 100% Ptit Verre d’Eau, l’Homme Cheval, Leandre-Chevalier - Blaye
. 100% Provocateur, Leandre-Chevalier - Blaye
. Château Elixir de Gravaillac
. Château des Léotins - Cuvée Petit Verdot- Vignobles Lumeau – 5000 bouteilles
. Château Madran – Excellence Petit Verdot
. Château Ségonzac - Blaye
. Château Moutte Blanc – Cru artisan - « Cuvée Moisin » – Famille Bortoli-Déjean - Haut-Médoc - 0,70 ha 
. Château L’Escart, cuvée Agape Petit Verdot
. Château Sipian – Vignobles Méhaye - Petit Verdot - 2 ha
. Château Haut Barade « 100% Petit Verdot » - Sichel- bordeaux
. Château Malescasses – Le Petit-Verdot de Malescasse Lamarque
. Les Mains Sales, Vignoble Bouillac SCEA du Vieux Puit 
. Vignobles Xavier Landeau – ‘Cuvée Papin’ – 25 ha  dont 3 ha petit verdot
. Vignerons de Tutiac – ‘Le Lieu dit Verdot’ 
. Voilà, Petit Verdot - famille DeSchepper, château Tayet – médoc



Les Productions 100% Malbec - Total 11
. Château Civrac – Super Malbec- Côtes de Bourg
. Château Le Geai
. Château Les Rambauds – Bordeaux 2014 – Bernard & Laure Cazade  
malbec – biodynamie
. Château Côtes de Bellevue 2014 – Mr & Mme Ludovic Neveu
. Château Haut-Goujon – Famille Garde
. Château Magdeleine Bouhou, cuvée ‘La Petite Magdeleine’ - Côtes de Blaye- (wine maker - Derenoncourt)
. Château Roland La Garde – Blaye – Bruno et Guillame Martin - 29 ha dont 6% de
. Château Tire Pé – « Les malbecs » - Vignoble Barrault - Culture biologique & Ecocert
. Château Tour Birol – Hommage aux Roi 2012 – EARL Labiche-Courjaud - Bourg
. Les Mains Sales, vignoble Bouillac SCEA du Vieux Puit – Reignac de Blaye
. Vignerons de Tutiac – ‘Lieu dit la Pointe’
  
Les Productions 100% Cabernet sauvignon. Total : 6
. Château La Lagune –Ludon Médoc – Caroline Frey - certification bio
. Château Moulin de La Gache - Cuvée Saint Pierre – Grimée - Blaye
. Château Moutte Blanc – Cuvée Marguerite Déjean – Haut Médoc - micro cuvée
. Château Roland La Garde – Cuvée C’absolu’ - Bruno et Guillame Martin – Blaye -biodynamie
. Château Vieille Dynastie Cuvée Eléonore – Frédéric Borderie – Lalande-de-Pomerol –  0.5 ha
. Fifty Shades Of Cabernet Sauvignon 2013 – A. Eymas - Blaye

Les Productions 100% Cabernet franc - Total 1
Château Trottevieille « Vieilles Vignes » – Saint Emilion Grand Cru

Les Productions100% Carménère - Total 2
. Château Le Geai – Duporge à Bayas – AOP Bordeaux
. Château Damase – Maison Milhade – 1 ha – AOP Bordeaux

Les Productions 100% Syrah - Total  2
. Château Thieuley « Les Truffières Syrah »  - Parcelle « Le Galouchey », 1,5ha
. Domaine Baylet - Sadirac


vendredi 6 mai 2016

Vin et Luxe 5. : le story-telling

Le storytelling consiste à narrer l’histoire d’un vignoble véridique, enjolivée ou inventée d’une marque de luxe. L’histoire d’un vin mythique nourrit souvent l’imaginaire des consommateurs. Il semble qu’il n’y ait pas de marque de luxe sans histoire et sans racine. Un beau récit donne de l’épaisseur à la marque, de l’intemporalité. D’ailleurs, si l’histoire n’existe pas, il faut l’inventer.* Les producteurs de vins racontent de nombreuses histoires à propos de leurs productions : des histoires sur leur famille, sur leur domaine, sur leur manière d’élaborer leurs produits. Parmi ces récits certains font appel à l’histoire réelle d’un cru, d’autres utilisent des événements marquants à leur profit et d’autres créent de toutes pièces leurs propres mythes modernes. Afin d’illustrer ces tendances prenons pour exemple les maisons de champagne.

Le premier type de récit s’appuie sur des faits authentiques comme celui de la marque Veuve Clicquot Ponsardin fondée en 1772. Au décès de son mari alors qu’elle est âgée de seulement 27 ans, la « grande dame de la Champagne » au caractère énergique devint la première femme à diriger une maison de champagne. La notoriété de la marque s’est construite sur l’image de Madame Clicquot Ponsardin (1777-1866) et son statut de première femme d’affaires de l’époque. Mais l’histoire authentique n’est pas un critère suffisant pour faire exister une marque de luxe… Il faut pouvoir rattacher le storytelling aux tendances modernes afin de perpétuer et de rendre le mythe vivant : c’est cette stratégie qui a été adoptée lors de la création du prix Veuve Clicquot, décerné à la ‘femme entrepreneur de l’année’. 

Jeanne Alexandrine Pommery (1819-1890), une autre veuve célèbre ayant dirigé la maison de champagne éponyme, peut, elle aussi, être considérée comme une pionnière dans la gestion réussie d’une entreprise à une période où seuls les hommes avaient accès à la direction. 

Madame Pommery

Plus près de nous, Madame Bollinger (1899-1977) est également considérée en Champagne comme une grande femme d’affaires. Au décès de son mari en 1941, elle pris les rênes de l’exploitation, traversa les années difficiles de l’occupation, puis élabora une cuvée Bollinger RD « récemment dégorgée », un champagne vieilli sur ses lies de longues années. Dès la fin de la guerre, elle se rendit aux Etats-Unis avant ses principaux concurrents pour faire connaître sa marque et elle y rencontra un franc succès.

Le second type de récit tient à l’appropriation d’événements historiques au profit d’une marque récente comme c’est le cas pour le champagne Dom Pérignon, une invention récente.La maison Moët-et-Chandon produisit des cuvées d’exception qu’elle commercialisa en 1936 sous la marque Dom Pérignon, faisant ainsi revivre la légende de l’invention du champagne par le moine bénédictin Pierre Pérignon (1638-1715), cellérier de l’abbaye Saint Pierre d’Hautevillers de 1668 à 1715. 



La croyance populaire raconte qu’en 1655, il transforma, par erreur, un vin de paille en vin effervescent, le champagne. Contrairement à cette légende, Dom Pérignon n’a pas inventé le vin pétillant, mais il a grandement contribué à l’amélioration de la qualité des vins blancs de sa région et introduit l’usage du bouchon de champagne. En effet, le témoignage le plus ancien de l’invention d’un vin pétillant remonte à 1531, date à laquelle les moines bénédictins de l’abbaye de Saint Hilaire, près de Carcassonne, produisirent la Blanquette de Limoux.* Consommé à la cour de Versailles, le champagne avait la réputation d’embellir les femmes. Plus encore, selon les récits populaires, la forme de la coupe à champagne fut copiée sur la forme du sein de Madame de Pompadour.

Le troisième type de récit consiste à la création d’une nouvelle légende contemporaine. « Ace of Spade » la gamme de champagne de Armand de Brignac a gagné ses lettres de noblesse en commercialisant des bouteilles de grandes contenances destinées aux célébrations sportives. Progressivement, les milieux musicaux l’ont adoptée et notamment par le monde du rap. La marque a été introduite aux U.S.A. fin 2006 par Sovereign Brands en association avec les champagnes Cattier. Le rappeur américain J. Zay, amateur passionné de la marque a annoncé l’avoir achetée début novembre 2014. Nouveau propriétaire, le célèbre chanteur a demandé à ses fans de boycotter la marque concurrente Cristal de Roederer après que la compagnie ait déclarée qu’elle « n’aimait pas la clientèle des rappeurs. »**

Observons maintenant les pratiques des domaines viticoles bordelais. Le rôle principal de l’association de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB) consiste à promouvoir l’image de ses adhérents. Le guide annuel publié par cet organisme présente les descriptions des 133 domaines relatant l’histoire et les caractéristiques de chaque propriété. Il est distribué gratuitement aux différents acteurs de la filière : coutiers, négociants, distributeurs internationaux. Les textes d’environ 150 à 300 mots accompagnant les photos de chaque château révèlent les grands thèmes utilisés dans les story-tellings des grands crus bordelais : histoire du vignoble, famille, position géographique et géologie, cépages et assemblages, techniques de vinification, description des vins, capacité au vieillissement, partenaires financiers, art et culture, certifications en vin biologiques, investissements techniques, consommateurs ; soit au total une douzaine de thèmes.

Le descriptif du château Léoville Barton illustre parfaitement quelques uns de ces thèmes :

En 1826, Hugh Barton, déjà propriétaire du château Langoa Barton, acheta une partie du grand domaine de Leoville qui devint alors Léoville Barton. La propriété appartient toujours à la famille Barton ; elle est classée Deuxième Grand Cru et est située au milieu de l’appellation Saint-Julien. Les propriétaires actuel croient énormément en l’importance du terroir et par conséquent produisent un vrai Saint Julien, d’une grande finesse et d’un équilibre parfait évitant la tendance d’extration excessive et des degrés élevés. Deux fois dans l’histoire des Barton, un membre de la famille a été obligé de fuir la France ; Hugh, en 1793, pendant la Révolution française, est retourné en Irlande après un bref séjour à la prison de Bordeaux. Quatre générations plus tard, Ronald Barton a aussi été obligé de quitter Bordeaux, en 1940, juste avant l’arrivée des troupes allemandes. Il est revenu en 1945 pour faire l’un des plus beaux millésimes jamais réalisés.*

Suivent comme pour les autres grands crus répertoriés dans l’ouvrage, les détails techniques de la propriété : nombre d’hectares, encépagement, production, géologie, élevage et nom du second vin produit à la propriété. On le voit clairement ici, le récit évoque les illustres ancêtres, la position géographique, la description du produit, la stratégie qualitative et la ténacité des membres de la famille qui même dans l’adversité restent fidèles à un terroir  au potentiel qualitatif exceptionnel.

Bien souvent, l’ancienneté d’une maison ne suffit nullement à entrer dans l’univers du luxe. L’observation des storytelling des crus les plus réputés révèle à quel point ces marques sont souvent reliées aux célébrités de ce monde aussi bien dans les temps anciens que dans le monde moderne. Les grands noms servent la notoriété des grands terroirs. Le château Haut Brion à Pessac peut citer des personnages prestigieux et leurs commentaires pour asseoir leur suprématie : le philosophe anglais John Locke en 1677, le philosophe allemand Hegel, Thomas Jefferson en 1787 furent enthousiastes dans leurs descriptions.

Si toutes les marques de vins réputés ne peuvent entrer dans la catégorie des vins de luxe, toutes celles qui en font partie ne peuvent se passer d’un story-telling parfaitement pensé et calibré.   


* Tom Stevenson, Sotheby’s Wine Encyclopaedia. Dorling Kindersley, 2005, p. 237.
** Union des Grands Crus de Bordeaux, Edition Féret, 2013, p.138 

mardi 7 juillet 2015

Vin et Luxe : 4. Qualité Des Vins

 La qualité d’un vin de luxe repose sur une multitude de facteurs : les spécificités du terroir et des sols, les capacités de drainage, la surface en production, l’adaptation des cépages, l’âge de la vigne, la climatologie, les traitements de la vigne, les méthodes et la régularité du travail sur les surfaces cultivées ; mais aussi, la méthodologie des vendanges, les outils de production, le travail dans les chais, l’assemblage, l’élevage et l’expertise du vinificateur. Obtenir l’excellence à l’issu de ce long et précautionneux processus est question de constance, d’équilibre et d’expérience. Le résultat obtenu tient souvent de la magie.

La qualité du terroir associé aux conditions climatiques et aux cépages les mieux adaptés aux sols sont autant de facteurs qui favorisent la production souvent les éléments de vins d’exception. Bien entendu, tous les vignobles remarquables bénéficient de conditions idéales. Mais certains mettent en avant certains aspects. A Pétrus, sur la commune de Pomerol, par exemple, ceux sont les pieds de merlot posés sur une concentration exceptionnelle d’argile ‘bleue’ qui participent au mythe du domaine. Au château d’Yquem, à Sauternes, c’est le microclimat de l’automne qui tient la vedette. Dans l’ensemble des vignobles français et étrangers prestigieux, la combinaison de la sélection des plants, la climatologie, l’exposition des vignobles entrent dans l’élaboration de la perfection.

Un vin de luxe s’inscrit souvent dans une double logique : d’un côté la tradition et les savoirs-faire ancestraux ; de l’autre, la modernité et les avancées technologiques. La construction de nouveaux chais et cuveries répondent à cette exigence. Pour maintenir son statut de superstar, les domaines prestigieux investissent dans des outils de production somptueux sur de grands espaces alliant références aux traditions et technologies avancées. Le chai et les cuviers du Château Cheval Blanc illustrent parfaitement cette association : les cuves en forme d’amphores sont un merveilleux clin d’œil à la tradition tout en étant des bijoux de haute technicité permettant une maîtrise parfaite des fermentations. Les vins mythiques savent parfaitement jouer avec l’ultra modernité. Pour maintenir leurs avancées et avantages sur leurs concurrents, il est d’ailleurs impératif qu’ils empruntent les tournants technologiques apparaissent au fil des ans.

En fonction des régions viticoles, les arguments du luxe sont parfois différents. Dans le bordelais, les discours sur la « qualité des vins » qui sont classés dans le registre du luxe évoquent généralement des terroirs exceptionnels, des conditions climatologiques particulières, des outils de production performants mais aussi, les savoirs-faire des hommes qui sont présentés comme de véritables artisans. En champagne, l’expertise du vinificateur, est tout particulièrement mise en avant. Sa science des assemblages l’érige au statut de magicien, de gardien du mythe. Le champagne est sans aucun doute l’une des plus anciennes icônes du luxe dans le domaine du vin. Vin des rois, des princes et des nobles, il est véhicule l’image festive du luxe. La première maison de champagne créée par Nicolas Ruinart en 1729 à Reims s’est développée sur des standards d’excellence. La recherche de la meilleure qualité ‘produit’ a été une démarche assumée par la marque depuis sa création. Bien d’autres maisons champenoises ont empruntées cette voie.

Dans la région bordelaise, l’expertise et les secrets de fabrication des meilleurs œnologues ont construit leur réputation de star à travers le monde. Emile Peynaud (1912-2004) surnommé le « père de l’écologie moderne »  a permis à la vinification d’entrer dans la science. Aujourd’hui, les plus célèbres  wine-makers - Michel Roland, Denis Dubourdieu, Stéphane Derenoncourt, Eric Boissenot, Hubert de Boüard, Jean Luc Thunevin en France ou encore Alberto Antonini en Italie - perpétuent cette image d’un savoir-faire exceptionnel qui permet à un vignoble d’envisager  de transformer le vin en or.

Indéniablement, la classification de 1855 des vins de Bordeaux - déterminée par les courtiers et les négociants bordelais à la demande de l’empereur Napoléon III - a fait entrer les productions haut de gamme de cette région dans l’univers du luxe. Dès sa publication, ce classement officiel est apparu comme un moteur de la consommation de produits de haute qualité et également comme un accélérateur pour le commerce à l’exportation. Les mieux notés en 1855, c’est-à-dire les Châteaux Latour, Lafite, Haut-brion et Yquem bénéficièrent immédiatement d’une immense notoriété qui ne les a plus jamais quittés.  



La célébrité de Pétrus est une histoire plus récente. Les parcelles inscrites pour la première fois au cadastre du village de Pomerol en 1810, sont désignées comme produisant des vins certes de bonne qualité mais non comme des vins exceptionnels. L’édition du Cocks & Féret de 1868 répertorie les productions des 7 hectares de vignes en « cru bourgeois et 1er artisan » après le Vieux Château Certan et au même niveau que le château Trotanoy. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle, grâce aux efforts répétés et soutenus de ses propriétaires, que Pétrus entre dans la catégorie des vins de grande classe ; aux Expositions Universelles de Paris de 1878 puis de 1889, le domaine s’était vu décerner la médaille d’or, récompense qui a assis sa réputation grandissante à l’époque.* Mais, c’est surtout sous l’influence du partenariat entre Madame Loubat et les Etablissements Jean-Pierre Moueix qui obtint l’exclusivité des droits de commercialisation de la marque à partir de 1945 que le domaine gagna une réputation internationale. Bien sûr, la volonté et le travail méticuleux de Madame Loubat, la propriétaire de Pétrus à cette période, a également participé activement à cette réussite commerciale.



En ce qui concerne les deux nouveaux grands crus classés A de Saint Emilion, Angelus et Pavie, c’est au travail acharné de leurs propriétaires respectifs que l’on doit cette montée au firmament des vins de l’appellation.

Parfois, d'autres facteurs positionnent une boisson alcoolisée dans les codes du luxe. C'est le cas de la marque Armand de Brignac produite par Cattier située à Chigny-les-Roses dans la Marne, a investi l'univers musical du Rap. En 2006, la cuvée "Ace of Spades" (As de Pique) a trouvé les faveurs du chanteur Jay Z. La marque présente dans le clip 'Show Me What You Got' a remporté un succès phénoménal auprès des rappeurs, devenant immédiatement un objet culte. Le chanteur  a d'ailleurs acheté la marque en 2014. 

Le ‘Branding’ qui consiste à gérer les marques commerciales et en particulier d’accompagner et de pérenniser l’identité et l’image de la marque d’un domaine est un élément essentiel du secteur du luxe. Il joue un rôle essentiel dans le maintien des positions acquises sur le marché du luxe et notamment des plus grands vins. Les produits appartenant au cercle fermé des crus exceptionnels sont liés à cet équilibre si difficile à acquérir entre accents de la tradition et appels à la modernisation. Là réside l'un des mystères du luxe.  


* Jean Castarède, Histoire du luxe en France des origines à nos jours, groupe Eyrolles, 2007, p 246.


Biographie de l’auteur :
Loïc Le Roy est Bordelais. Après avoir suivi des études en marketing, techniques de commercialisation et exportation, il a travaillé une dizaine d’années en tant que responsable des ventes pour un groupe agro-alimentaire international, diffusant une large gamme de produits  destinés aux enseignes de la Grande Distribution. En 1989, Loïc s’oriente vers le coaching en efficacité personnelle auprès de capitaines d’industrie en Asie. A partir de 1994,  par le biais de dirigeants d’entreprises, il met en place des formations spécifiques en préparation psychologique destinées aux athlètes de haut niveau. Son attrait pour la performance humaine l’a amené à présenter en 2008 une thèse en Sciences du Sport à l’Université de Bordeaux intitulée : « La préparation psychologique du sportif : l’esprit et la performance du Moyen Age à nos jours ».
Dès 1999, enseigne dans plusieurs écoles de commerce le management des unités commerciales, la communication et le marketing du vin. 
Depuis 2014, il s'est spécialisé en "psychologie de la dégustation des vins et spiritueux" ; l'objectif étant d'aider les participants à mieux comprendre, appréhender et gérer les processus perceptifs et émotionnels à l'oeuvre au cours des dégustations.